Menu icoMenu232White icoCross32White

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Association LGBT+ de personnes concernées par le VIH

Séropotes

Association régie par la loi du 1er janvier 1901,

déclarée le 11 décembre 2013, modifiée le 26 janvier 2019

et inscrite au Journal officiel N° 52 du 28 décembre 2013.

 

Charte des valeurs fondamentales

 

Préambule

Les Séropotes, association loi 1901 dont l’objet est de mener des actions contribuant à rompre l’isolement des personnes LGBT+ séropositives, d’accompagner le travail sur le « vivre avec le VIH » et de lutter contre la sérophobie et pour l’inclusion des personnes LGBT+ séropositives,

consciente du rôle d’information et de prévention du VIH et des infections sexuellement transmissibles qui lui incombe et déterminée à cet égard à dispenser les savoirs et les savoir-faire par le biais de ses actions,

respectant le principe de la liberté du consentement mais également celui du respect de l’engagement individuel,

persuadée que la réussite de tout projet associatif dépend du partage des valeurs qui traduisent l’histoire, l’identité, l’âme et l’inconscient de la communauté qu’une Association entend servir et défendre et qui donnent un sens à ses actions,

décide d’adopter cette Charte des valeurs fondamentales présidant au bon fonctionnement de l’Association et à la bonne conduite de ses actions.

L’Association demande à tous ses membres de s’engager à respecter cette Charte en toutes circonstances.

1. Une histoire pour identité

L’avènement des trithérapies, en 1996, permet de réduire quasiment à néant la charge virale du VIH dans le corps des personnes séropositives et de transformer une maladie mortelle en une maladie de longue durée. Cette victoire, obtenue notamment grâce aux luttes de ceux qui ont été frappés de plein fouet par le virus, change radicalement le quotidien des personnes séropositives. Leur horizon de vie s’élargit et elles peuvent désormais mener une vie comparable à celle des personnes séronégatives. Avec le temps, les progrès de la médecine ont également fait disparaître les effets visibles des traitements et ont permis de vivre la séropositivité de manière cachée, permettant de prévenir les discriminations et les stigmatisations liées au statut sérologique.

Cette évolution produit également une certaine rupture au sein de la communauté des personnes séropositives. D'abord, les nouveaux contaminés peinent à se reconnaître dans l’expérience de vie de ceux qui ont connu l’épidémie avant l’arrivée des trithérapies. Ensuite, les associations de lutte contre le sida élargissent progressivement leur action à d’autres groupes, ce qui ne permet plus de retrouver aussi facilement l’effet miroir nécessaire pour le travail de résilience. Enfin, une fois maîtrisée la progression de la maladie chez les patients, de nouveaux enjeux apparaissent, comme la reconstruction de l’estime de soi, la sérophobie cachée ou affichée, la marginalisation sociale, les comorbidités ou la question du vieillissement avec le VIH.

C’est pour répondre à ces nouveaux enjeux que l’association des Séropotes naît en 2006, à l'initiative de quatre gays séropositifs. Son but est de permettre, par l’auto-support, de renforcer l’estime de soi, de contribuer à prendre en charge les aspects psychologiques de la séropositivité (isolement, dépression, angoisse, troubles du sommeil et du comportement, colère, sentiment de culpabilité et de honte, etc.) et ainsi de contribuer à prévenir des comportements à risque, y compris sexuels, et la prise de produits stupéfiants, et à favoriser une meilleure hygiène de vie.

2. Trois missions complémentaires

L’objectif principal de l’Association est de contribuer au bien-être physique et psychologique des personnes LGBT+ séropositives, de leurs familles et proches. Pour réaliser cet objectif, l’Association poursuit trois missions, à savoir mener des actions contribuant à la reconstruction de l’estime de soi, accompagner le travail sur le « vivre avec le VIH » et lutter contre la sérophobie et pour l’inclusion des personnes LGBT+ séropositives, de leurs familles et proches.

L’Association s’attache à poursuivre ces missions dans la complémentarité, car c’est de cette complémentarité que naît l’émulation nécessaire à la réalisation de ses missions. Par conséquent, l’Association entend être un lieu où ces trois missions s’articulent en vue d’offrir à chaque membre des espaces différenciés où il/elle pourra poursuivre son cheminement par rapport au VIH sereinement et en accord avec sa propre histoire.

2.1. Reconstruire l’estime de soi

Les inégalités et les discriminations sont des sources majeures de mauvaise estime de soi qui peut entraîner des comportements à risque. En effet, cumuler le statut de LGBT+ et de séropositif revient souvent à additionner les causes de discrimination, y compris au sein de la communauté LGBT+.

Pour faire face à cette double peine, les personnes LGBT+ séropositives choisissent parfois des stratégies d’évitement. Celles-ci leur permettent de se protéger au moins d’une partie des discriminations et du rejet, vécus souvent comme une forme de violence. Les uns multiplient des rencontres sans lendemain où il n’est pas nécessaire de confier à l’autre son statut sérologique, les autres décident de renoncer à toute forme de sexualité ; les uns choisissent exclusivement des partenaires séropositifs, d’autres vivent dans le déni de leur différence, en adoptant des comportements à risque ou en s’identifiant à des groupes réactionnaires. Parfois, la volonté de dépassement ou d’oubli de soi entraîne la prise de psychotropes, favorisant l’exposition aux infections sexuellement transmissibles.

Nous sommes persuadés que la meilleure façon de lutter contre ces comportements est de s’attaquer à la source du mal-être qu’ils expriment et d'oeuvrer à l’amélioration de l’estime de soi.

2.2. Intégrer la séropositivité dans sa vie

La séropositivité change en profondeur la vie des personnes concernées, le regard qu’elles portent sur elles-mêmes, le regard de leurs familles et de leurs proches et les liens entre eux. Au lieu de faire comme si le virus n’existait pas, il faut par conséquent « être assez courageux pour accueillir ce qui peut venir à notre rencontre » (Reiner Maria Rilke), intégrer la séropositivité dans sa vie et lui trouver la juste place. Au lieu d’essayer d’« être bien malgré le virus », il faut apprendre à « être bien avec », ce qui nécessite de reconstruire le rapport à soi et aux autres.

En partageant les informations et les questions au sujet du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles et les solutions élaborées par chacun et chacune pour mieux « vivre avec », on peut davantage se connaître soi-même et connaître les autres. C’est ainsi que la séropositivité, cet événement survenu indépendamment de notre volonté – et qui par conséquent n’a pas à être un motif de honte –, peut devenir une ressource pour agir et donc une source de fierté. Car si on n’a pas à être fier de ce qui nous arrive, on peut être fier de ce qu’on en fait et de la manière dont on l’intègre dans nos vies. Et il n’y a rien dont nous pouvons être fiers davantage que de vivre en accord avec ce que nous sommes.

Ce travail de reconstruction demande beaucoup d’efforts et nous sommes persuadés que la meilleure façon de procéder est de s’associer les uns aux autres car c’est ainsi qu’on devient plus fort.

2.3. Lutter pour l’inclusion et contre les discriminations des personnes LGBT+ séropositives

Toute forme d’oppression commence par rendre les discriminations qu’elle commet invisibles, en paroles ou en actes. Dès lors, la première condition pour améliorer les choses et lutter contre l’injustice est de dire et montrer ce qui ne fonctionne pas. Ne pas parler de personnes LGBT+ séropositives, c’est les rendre invisibles, et lorsqu'elles deviennent invisibles, les discriminations à leur égard le deviennent aussi, et il devient alors plus difficile de les combattre.

C’est pour cette raison que l’Association se donne pour mission de rendre les personnes LGBT+ séropositives plus visibles dans l’espace public, au sein de la communauté LGBT+ et dans la société, afin de lutter contre les discriminations à leur égard, par tout moyen dont elle dispose. Cette présence doit également permettre à ceux qui en ressentent le besoin et l’envie de mieux nous identifier et nous retrouver.

L’Association espère contribuer ainsi à défendre le principe d’égalité qui n’a de sens que lorsqu'il est universel : c’est le seul moyen de garantir à chacun une vie décente et de rendre le bonheur possible.

Mais défendre l’égalité pour soi, c’est la défendre également pour les autres. Car baisser les bras lorsque les autres sont discriminés, c’est autoriser les autres à baisser les bras lorsque nous serons à notre tour discriminés. Par conséquent, l’Association, à travers ses actions et ses prises de position, s’efforce de lutter contre toute forme de discrimination à l’encontre d’un groupe ou d’une personne, et plus particulièrement à l’encontre des membres de la communauté LGBT+.

3. Prendre soin de soi et des autres

L’objectif ultime de l’Association, à savoir contribuer au bien-être des personnes LGBT+ séropositives, de leurs familles et proches, ne peut être réalisé qu’en accord avec les principes mentionnés ci-après.

3.1. Le respect des autres

Chaque membre s’engage, dans l’exercice de ses fonctions et dans la conduite de ses actions au sein de l’Association, à respecter les lois et les règlements, la dignité qui est due à toute personne et les règles de savoir-vivre nécessaires à la vie en société et au maintien de l’ordre public.

3.2. La liberté d’expression

L’association conduit sa politique suivant le principe de consensualisme. Par conséquent, chaque membre a le droit d’exprimer librement son opinion, dans la mesure où cela n’empiète pas sur la liberté d’expression des autres.

3.3. La tolérance

Nul ne peut subir de discrimination fondée notamment sur le sexe ou l'orientation sexuelle, le genre, le statut sérologique, l'âge, le handicap, l’origine ethnique ou sociale, la langue, la religion ou les convictions spirituelles, les opinions politiques ou autres.

3.4. L’entraide et solidarité

Tout groupe humain prend sa richesse dans l'entraide et la solidarité visant à l'épanouissement de chacun dans le respect des différences. Par conséquent, le lien de solidarité doit guider l’action de chaque membre au sein de l’Association et doit être constamment encouragé et renouvelé.

3.5. La neutralité religieuse, politique et philosophique

Chaque membre s’engage, dans le cadre de ses fonctions et de ses actions au sein de l’Association, à ne pas manifester de manière prosélytique ses croyances et convictions religieuses, politiques ou philosophiques.

3.8. La confidentialité

Chaque membre s’engage à respecter la confidentialité des autres membres et à ne divulguer leur identité à l’égard de tiers, sauf dispositions réglementaires ou légales contraires ou avec l’accord explicite des concernés.

3.7. La transparence

Chaque membre s’engage à assurer ses fonctions et à mener ses actions au sein de l’Association dans la transparence, notamment concernant la gestion et la communication sur ses activités.

Chaque membre s’interdit d’utiliser à des fins personnelles le nom, le logo, le site internet, les fichiers, les contacts, les photos, les vidéos, les documents, les archives, les productions et les réalisations de l’Association, quels qu’en soient le support, la forme ou le contenu.

 

Fait à Paris, le 26 janvier 2019

 

                                            Président                                                               Secrétaire

                                    Roman Krakovsky                                               Laurent Chaillet

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus